9 femmes sur 10 envisagent l’avortement car elles craignent de ne pouvoir assumer financièrement

Virginie Mercier, de l’association Choisir La Vie, est interrogée dans Présent par Anne Isbeth. Extrait :

"Nous sommes absolument scandalisés par cette mesure, que nous jugeons discriminatoire pour les femmes qui veulent garder leur enfant. Elles ont à payer une partie des premiers actes nécessaires au suivi de la grossesse, comme les deux premières échographies, qui ne sont remboursées qu’à hauteur de 70 % par exemple, alors que celles qui veulent tuer leur bébé sont remboursées à 100 % pour des actes dits « médicaux ».

Pourquoi cette mesure est-elle particulièrement odieuse ? Parce que la détresse des femmes qui songent à avorter est dans la grande majorité des cas économique, nous le voyons bien sur notre antenne d’écoute : neuf femmes sur dix envisagent l’avortement parce qu’elles craignent de ne pouvoir assumer financièrement cet enfant.

Donc, rembourser tous ces actes à 100 % est un argument qui peut réellement faire pencher la balance. Instaurer ce remboursement total est très idéologique. C’est une promotion indirecte, mais très nette, de l’avortement, sous couvert de vouloir aider les femmes.

Quelle a été la réaction concrète de votre association ? Cette décision est passée relativement inaperçue et s’applique aujourd’hui de manière automatique et silencieuse, comme si de rien n’était. C’est la raison pour laquelle nous avons voulu contrer le gouvernement en lançant une campagne d’affichage : « Et vous trouvez ça normal ? »

Notre idée est avant tout d’informer : de nombreuses personnes ont pu passer à côté de cette information, notamment toutes celles qui ont décidé de mener leur grossesse à terme. C’est notre façon d’interpeller les Français, alors que le gouvernement fait tout pour inciter à l’avortement. Par ailleurs, la discrimination est telle que nous examinons actuellement la possibilité d’un recours, si c’est possible. Il faut user de tous les moyens. Nous sommes dans un combat, une résistance. [...]"

Michel Janva

Tags: