COMMUNIQUE: Contrer la propagande pro-avortement : Choisir la Vie lance sa campagne : « Ceci n’est pas un amas de cellules ! »

Pour la deuxième année consécutive, le gouvernement français, entend faire grand bruit autour du 28 septembre 2016 faussement érigé en Journée Mondiale du droit à l’avortement.

Le but avoué du gouvernement est de faciliter toujours davantage l'accès à l'IVG. Une campagne de communication sur le thème "réduire les inégalités et fournir des renseignements fiables" a d'ailleurs été initiée.

A l’occasion de cette journée, Marisol Touraine a d’ailleurs annoncé la mise en service d'un numéro vert national destiné à informer sur l’interruption volontaire de grossesse.

Cette obstination, malgré les 220.000 avortements recensés encore chaque année, à voir faciliter l’accès à l’IVG davantage qu’à se pencher sur une vraie politique d’aide aux femmes enceintes en difficultés a reçu l’appui de Madame Laurence Rossignol, Ministre des familles, de l’enfance et des droits des femmes, ainsi que du planning familial.

Ainsi, Madame Rossignol entend instituer un délit d’entrave numérique à l’avortement destiné à faire taire tous les sites non gouvernementaux qui délivrent une information vraie et exhaustive sur la réalité de l’avortement, ses conséquences physiques et psychologiques sur les femmes et viennent en aide aux femmes confrontées à une grossesse imprévue à qui il n’est présenté, comme seule solution à leur désarroi, que l’IVG.

Dans le même temps, le Planning Familial, à travers une campagne d’affichage et de vidéos intitulée #CeciNestPasUnCintre tente de rappeler les chiffres de la mortalité suite à des avortements clandestins pour mieux justifier l’intensification des moyens destinés à en faciliter l’accès.

Choisir la Vie dénonce ces manœuvres étatiques et associatives qui, une nouvelle fois, masquent volontairement et idéologiquement la vérité aux femmes sur la réalité de l’avortement, banalisé et encouragé.

Choisir la Vie rappelle que l’IVG, notamment par voie médicamenteuse, rétablit la clandestinité tant dénoncée par les pro-choix ; en effet, les femmes sont laissées désespérément seules et en proie à de nombreuses complications mettant en danger leur propre vie suite à la prise des comprimés abortifs.

Face à tant d’attaques à l’enfant à naître, Choisir la Vie a décidé de riposter en lançant une vaste campagne intitulée « Ceci n’est pas un amas de cellules » «#CeciNestPasUnAmasDeCellules# .Elle invite, dans le même temps, ses sympathisants à inonder la toile et notamment les réseaux sociaux de clichés représentant une échographie avec la mention « Ceci n’est pas un amas de cellules ».

Que Madame Rossignol soit en effet bien consciente, qu’à aucun moment, les défenseurs de la Vie n’ont baissé les armes et ce n’est pas encore aujourd’hui que sera signée l’armistice !

Cécile EDEL, présidente de Choisir la Vie

Contact presse : Virginie MERCIER : 0672015331

Tags: