Edito de Cécile EDEL : « Cela n'en vaut pas la peine ! »

Dans mon quotidien de psychologue et d’écoutante auprès des femmes enceintes en difficultés, je suis toujours plus interpelée et heurtée par cette affirmation : « Cela n'en vaut pas la peine ! »… Expression que nous avons tous déjà entendue en diverses circonstances. Les exemples abondent pour justifier cette maxime, énoncée comme une certitude, même lorsqu'elle n'est en réalité qu'un prétexte pour faire le choix arrangeant, ou pour ne rien faire du tout, voire pour mettre un terme à quelque réalité que nous n'avons pas le courage d'accomplir ou d’affronter ! Je pense à cet homme qui, en mission à l'étranger, demandait à son supérieur la permission de rentrer plus tôt, pour soutenir sa femme, qui allait pratiquer une IMG à 7 mois. Un souci médical, opérable à la naissance, avait été détecté sur son bébé. Les médecins lui avaient certifié que son enfant pourrait vivre après l'opération, une vingtaine d’années, mais pas davantage. Ce couple souhaitait l’IMG au motif que : « Cela ne valait pas la peine de donner la vie à leur bébé, qui ne vivrait que 20 ans ! » La sentence ainsi prononcée disqualifiait toute forme d’espérance. Pour eux, en effet, aussi incompréhensible que cela puisse paraître, la mort certaine avant la naissance valait mieux que la mort probable 20 ans plus tard… aucune chance n’était donnée à la vie ! Sûrement, ces parents ne voulaient-ils prendre aucun risque, et surtout pas celui de voir un jour souffrir leur progéniture ni d’avoir un jour à souffrir de sa perte… Elle leur semblait à ce moment programmée et inéluctable. Mais, enfin, sommes-nous devenus si surs de nous en toute chose ? Notre logique de maitrise et de toute puissance nous fait elle perdre le sens de la réalité ? Donner naissance à un enfant, donner la vie, n'est-ce pas accepter cette part d’incertitude inhérente à la vie elle-même, accepter que dans notre condition humaine, la mort puisse survenir à chaque instant et que rien ni personne ne pourra l’empêcher.

La vie est un risque, un défi, que l'espérance et la confiance nous donnent de voir comme une chance !

Ce récit me fait aussi penser aux nombreuses actions que nous engageons pour tenter de sauver des vies et promouvoir la culture de vie. Face au déferlement, depuis plusieurs décennies, de lois toujours plus permissives, nombreux sont les impatients. Ils veulent récolter ou entrevoir les fruits de l’énergie déployée ou du temps consacré, doutent de l’efficacité des actions menées : " Est-il bien utile ce combat ? A quoi sert de dépenser autant d’énergie, d’argent et de temps, pour aussi peu de résultats ?" Je le dis ici autant pour l'enfant à naître que pour les combats que nous avons le devoir de mener : la logique du résultat est le fossoyeur de l'espérance. Elle ne mène qu'au doute et à la paralysie. Opposons-lui fermement la logique du don, qui rejoint le sens intime et ultime de nos existences. Soyons et restons convaincus que tout est don, que tout nous est déjà offert. La vie elle-même est un don, peu importe le nombre d’années que nous avons devant nous, accueillons-la juste comme elle vient et défendons-la sur le même mode : en donnant de nous-même et en maintenant ferme notre espérance. Le reste ne nous appartient pas.

Cécile EDEL

présidente de Choisir la Vie

Tags: