Communiqué des avocats des parents de Vincent Lambert : Vincent est mort, tué par raison d’État et par un médecin qui a renoncé à son serment d’Hippocrate. Cette cathédrale d’humanité qui brûlait depuis une semaine sous nos yeux impuissants s’est effondrée. Il n’aura été tenu aucun compte de la dignité de cet homme handicapé, condamné parce que handicapé. Car la première dignité, c’est le respect de la vie d’une personne. C’est un peu de notre humanité à tous qui s’en est allée aujourd’hui, tant cette faute ignoble qui ébranle les fondements de notre droit et de notre civilisation rejaillit sur nous tous. L’heure est au deuil et au recueillement. Il est aussi à la méditation de ce crime d’État. Nous ne ferons aucune autre déclaration. Jean PAILLOT, avocat Jérôme TRIOMPHE, avocat

De Cécile EDEL, présidente de Choisir la Vie

Depuis plusieurs jours , Vincent, handicapé certes mais pas en fin de vie,  est privé d’eau et de nourriture afin d’être précipité vers la mort . C’est une mort programmée, barbare . Une mise à mort devant le regard impuissant de ses parents et dans un silence assourdissant. Quelle société avons nous construite?  

Source : FIgaro  ENQUÊTE - Ils font partie des quelque 1 500 cérébro-lésés en France, prisonniers d’un corps accidenté, d’un niveau de conscience parfois altéré mais sensibles aux soins et à l’amour de leur famille, dévouée à leur quotidien. Des jours qui, à domicile, n’ont rien de la nuit de la «fin de vie». >

Une ancienne gloire du football, une étudiante à l’orée de sa vie, une mère de cinq enfants... Trois vies bouleversées. Trois destins qui font écho à celui de Vincent Lambert.

S'abonner à Front page feed