Communiqué de presse de « Nos mains ne tueront pas »

« Ne fais jamais rien contre ta conscience même si l’État te le demande » Albert Einstein

Mme Rossignol, sénatrice de l'Oise, a déposé, le 28 septembre dernier, une proposition de loi visant à supprimer la possibilité, pour un médecin, une sage-femme, une infirmière ou un auxiliaire médical, de refuser de « pratiquer » ou de « concourir » à un avortement, c’est-à-dire de faire usage de sa clause de conscience.

Ne nous y trompons pas : depuis le vote de la loi Veil, l’État tente de pervertir les sens éthique et civique des professionnels de santé en leur imposant de « retirer des vies » alors même que leurs missions consistent à les soigner !

Journée internationale du droit à l’avortement : un acharnement idéologique à nier que l’embryon est un être humain !

En2015, alors qu’elle était encore Ministre de la Santé, Marisol Touraine instaurait, le 28 septembre, une Journée mondiale du droit à l’avortement et créait un numéro vert national destiné à informer les femmes sur l’avortement et à en promouvoir toujours davantage l’accès.

En 2018, si Madame Touraine a quitté ses fonctions, la nouvelle ministre de la santé, Agnès Buzyn, entend bien poursuivre dans cet acharnement idéologique à défendre ce droit à l’IVG et à s’opposer à toute entrave à celui-ci.

Pour manifester en faveur d’une société sans avortement ni euthanasie, des milliers de défenseurs de toute vie humaine se sont regroupés à 13 h devant la gare centrale de Berlin samedi 22 septembre 2018. Le collectif « Bundesverband Lebensrecht » (Groupement fédéral pour le Droit à la vie), avait appelé à dire oui à chaque enfant et à en finir avec l’avortement et la sélection d’embryons, car « la dignité de tout être humain est inaliénable ». Deux évêques catholiques et un protestant ainsi que des représentants d’associations de six pays, dont la France, ont été salués par la présidente du collectif, Alexandra Linder.

Des enfants non-nés confiés à la miséricorde divine

 Choisir la Vie a reçu le témoignage poignant d’une jeune femme ayant avorté deux fois, que nous partageons avec vous:

Après deux avortements à l’âge de 18 et 19 ans, à cause des discours de la société sur les jeunes filles enceintes : on raconte que si elles gardent leur enfant, leur vie est fichue, qu’elles ne pourront jamais faire d’études, qu’elles auront toute leur vie des boulots mal payés, qu’elles resteront pour toujours des filles-mères honteuses, ayant fait un mauvais choix, et incapables de toute façon de bien élever leur enfant, qui sera forcément bête et tyrannique. J’étais terrorisée à l’idée de garder ces bébés, même si, au fond de moi, je les aimais.

COMMUNIQUE DE PRESSE

L’association Choisir la Vie soutient le Docteur Bertrand de Rochambeau

Dans une interview diffusée le mardi 11 septembre dernier sur la chaîne de télévision TMC, le Docteur Bertrand de Rochambeau, Président du Syndicat national des gynécologues, justifie son refus de pratiquer l’interruption volontaire de grossesse qu’il considère comme un homicide et rappelle que « les médecins gynécologues ne sont pas là pour ôter la vie. »

Choisir la Vie et ses adhérents assurent le docteur de Rochambeau de leur soutien et le félicitent pour ses propos courageux .

S'abonner à Front page feed