Jusqu'à preuve du contraire, euthanasier c'est tuer et la mort n'est pas un droit!

A l'attention de Monsieur Touraine et des 156 députés en réponse à la tribune : « Pour une liberté républicaine : le choix de sa fin de vie » 

Professionnels de santé (médecins, infirmières) expérimentés en soins palliatifs dans des USP mais aussi en gériatrie ou à domicile, lieux où il n'est pas toujours simple d'avoir accès aux soins palliatifs, nous avons pris connaissance de votre tribune et en sommes particulièrement surpris. Nous n'expérimentons, en effet, absolument pas dans notre pratique, la réalité que vous y revendiquez. Soignant quotidiennement des malades en fin de vie, serions-nous donc aussi éloignés du réel ?

                -Parlons en premier lieu du sondage IFOP/La Croix de janvier dernier, interrogeant les français sur la fin de vie. Le chiffre annoncé de 89 % des personnes interrogées qui seraient soi-disant favorables à la légalisation de l'euthanasie et du suicide assisté est faux ! Si on analyse correctement les chiffres, c’est en fait moins de la moitié des français (47%) qui serait favorable à la légalisation de l'euthanasie seule et seulement 18 % au suicide assisté. Quant à la légalisation des deux en même temps, c’est moins de 1/4 des français qui y serait favorable. Par ailleurs, il est nécessaire de préciser que ce sondage a été mené auprès de personnes en bonne santé ; avec un regard, de ce fait, en partie erroné, tout simplement parce que l'expérience démontre qu'il est particulièrement difficile d'imaginer, lorsque nous sommes en pleine forme, ce que nous souhaiterions le jour où nous serons gravement malades ou âgés .L’échec du taux de rédaction des directives anticipées depuis 2005 en est un bel exemple (- de 2 % des personnes décédées).

              -Je vous propose donc, Monsieur le député, de revenir plutôt au réel en nous basant, par exemple, sur l'étude publiée en novembre 2012 par l'Observatoire National de la Fin de Vie (ONFV) sur « les décisions médicales en fin de vie en France ». Cette étude, résultant d'une enquête menée auprès de 4723 malades se sachant incurables, conclue :

                                      - « Les pratiques d’euthanasie sont rares. Les décisions, quelles qu’elles soient, avec intention de mettre fin à la vie des patients seraient peu fréquentes »:

                                     - A noter (et c'est important !), un cinquième des décisions d’euthanasie sont prises à la demande des patients (environ un tiers en cas d’administration de médicament). Les actes d’euthanasie (« mettre fin à la vie d’une personne malade à sa demande ») représentent seulement 0,6 % du total des décès, dont 0,2 % sont pratiqués en administrant délibérément une substance pour mettre fin à la vie.

                                    - Cette étude est particulièrement intéressante car menée auprès de personnes réellement et directement concernées. C’est ainsi que l’on peut s'apercevoir que moins de 0,2 % des personnes demandent à être euthanasiées de façon insistante. On est loin des 89 % cités plus haut !

                                   - De plus, elle souligne une dérive qu'aucun « encadrement législatif » ne saura contrôler ; c'est celle des euthanasies pratiquées à l'initiative de soignants ou à la demande des familles sans même que le patient en soit informé. Dans ce sondage, 0,6 % des patients ont demandé explicitement à être euthanasiés alors que 3,1 % l'ont réellement été !

Est-il donc juste et réaliste, objectivement, de légaliser une pratique aux conséquences humaines, sociales, démographiques, éthiques si graves pour moins de 0,4 % d'une population concernée ? Est-ce vraiment démocratique ? C’est là toute la question des lois érigées au profit de minorités considérées dans un premier temps comme des exceptions, mais aux graves conséquences sur la majorité.

             -Enfin, je me permets de porter à votre connaissance une autre étude, menée entre juin 2011 et janvier 2018 dans une EHPAD de l'Indre. Cette étude, beaucoup plus « humble » mais très sérieuse a fait l'objet d'une présentation au congrès national de la SFAP le 24 juin 2017 à Tours. Celle-ci a démontré qu’en apportant confort, soulagement de la douleur, apaisement des souffrances psychologiques, spirituelles, sociales tout au long des semaines, des jours ou des heures qui ont précédé leur mort, aucun résident ni aucun membre de leurs familles ne demande, alors, une aide à mourir, « à en finir » ou à être euthanasié. . Il n'a même pas été nécessaire d'hypermédicaliser leur fin de vie dans le sens où nous n'avons pas eu besoin, dans la majorité des cas, d'administrer des antalgiques ou anxiolytiques puissants. Pour autant, malgré leur état de grabatisation avancé, de démence, de grande fragilité physique, psychique, liés aux cancers ou à d'autres pathologies neuro-dégénératives, cardiaques etc., jamais nous n'avons pensé qu'ils mourraient dans « l'indignité » ! Bien au contraire….

ustement, concernant cette question de la dignité, rappelons-nous le préambule de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme du 10 décembre 1948 (dont on va fêter les 70 ans cette année) : «Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde…. ». La dignité est «inhérente » à notre qualité d’être humain. En ce sens, nous sommes tous des êtres dignes de nature, en dehors de toute condition physique, psychiatrique, couleur de peau etc.…

Lorsqu'on revendique le « droit à mourir dans la dignité », il est bon de rappeler que nous mourrons tous dans la dignité, la cause et les circonstances de notre mort (maladie, accident etc.) ne l'entachant en rien. En revanche, en effet, nous pouvons vivre un « sentiment d'indignité » qui mérite d'être entendu, accompagné soigné. Dans ce cas, exigeons la mise en place des moyens promis ces dernières années et continuons à former les soignants ; complétons les équipes etc... Par expérience, le sentiment d'indignité est une réalité que nous n'entendons jamais en soins palliatifs.

Enfin, Je voudrais reprendre deux propos de votre tribune pour conclure :

           - Vous dites « on ne meurt pas bien en France !». Ce constat, érigé comme un vieux slogan, « posé » de cette manière, sans aucune explication, est une injure aux dizaines de milliers de professionnels de santé médicaux et paramédicaux qui se battent chaque jour pour soigner au mieux (dans des conditions souvent déplorables !) les patients qu'ils accompagnent. Au lieu de porter un doigt accusateur, rechercher coûte que coûte des coupables (habitude de notre époque !), donnez plutôt aux professionnels de santé les moyens qu'il faut pour soigner. Et pour votre information, ce n'est pas parce qu'on va tuer tous ceux « qui ne meurent pas bien en France » qu'on mourra mieux. D'ailleurs, rien ne démontre que ceux qui, croyant bien mourir, se sont fait euthanasier, sont réellement morts plus confortablement et plus paisiblement. Quant à ceux qui restent, il n’est pas certain qu’ils fassent un deuil plus facile !

         - Second propos : « Il n’est plus raisonnable d’attendre davantage, d’observer sans réagir les souffrances physiques et psychologiques de nombre de ces Français, de compter les affaires judiciaires qui se multiplient mais n’aboutissent à rien, car on ne peut pas condamner la compassion et la solidarité ». 

Messieurs les députés, je vous invite, afin de « redescendre sur Terre » à venir passer ne serait-ce qu'une journée dans des USP, des EHPAD, des EMSP, des services de soins à domicile, avec des professionnels de santé et voir comment ils s'y prennent pour « observer sans réagir les souffrances physiques et psychologiques... ».

Quelle honte de tenir des propos pareils ! Enfin, petit rappel, vous parlez des affaires judiciaires qui se multiplient. Remettons vos propos à leur place. Depuis la première grande « affaire judiciaire publique » de 2003, moins de 15 affaires du même type ont fait la une des journaux pour environ 550000 morts par an en France. Ces drames restent dont très exceptionnels, et ne reflètent absolument pas la réalité. Enfin, dans votre tribune, il existe tout de même une catégorie de personnes directement concernées dont vous omettez de parler : les professionnels de santé. Je rappelle que si une loi légalise l'euthanasie, ce sont les médecins qui vont prescrire les traitements létaux, les infirmières qui vont les injecter et les aides-soignantes qui assisteront, en poursuivant les soins de nursing, aux agonies certainement bien compliquées ! Ces professionnels ont-ils, dans votre raisonnement idéologique, le droit de donner leur avis ?

Ainsi, permettez que je conclue par la première page du livre de Mme Anne Bert que vous citez au début de votre tribune. Elle y rappelle l'article 6 de la Déclaration universelle des droits de l'homme et du citoyen : « La liberté est le pouvoir qui appartient à l'homme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d'autrui : elle a pour principe la nature ; pour règle la justice ; pour sauvegarde la loi ; sa limite morale est dans cette maxime : Ne fais pas à un autre ce que tu ne veux pas qu'il te soit fait »

Jusqu'à preuve du contraire, euthanasier c'est tuer et la mort n'est pas un droit, alors, « Ne nous imposez pas de faire à un autre ce que nous ne voudrions pas qu'il nous soit fait! »

Odile Guinnepain, infirmière, responsable de l'antenne "Nos Mains ne tueront pas" de Choisir la Vie

www.choisirlavie.fr

 

Tags: