L’ecoute au sein de l’antenne «  Nos mains ne tueront pas »

L'antenne d'écoute « Nos mains ne tueront pas » reçoit des appels ponctuels mais souvent intenses qui nécessitent un dialogue de plusieurs heures voire de plusieurs jours.

A chaque fois, il s'agit d'appels de  professionnels de santé qui, dans les services où ils travaillent, sont confrontés à des dilemmes éthiques graves touchant la vie d'un patient ou d'un enfant in-utéro. Face à ces difficultés, les soignants souhaitent d'une part, « déposer » sur d'autres épaules de professionnels un fardeau bien réel, et d'autre part, bénéficier de conseils pratiques qui puissent les aider dans leur pratique et pour prendre certaines décisions. Les conseils sont à la fois très techniques mais aussi simplement humain. Récemment, une jeune femme chirurgien nous a contacté car il a été proposé par ses confrères, à l'une de ses patientes enceinte d'un enfant porteur de handicap, de procéder à une interruption médicale de grossesse. Démunie car confrontée à cette réalité pour la première fois dans sa carrière, elle ne savait quel dialogue entamer avec ce couple afin de tenter de les faire réfléchir et de choisir d'accueillir leur petite fille. Cette réflexion mutuelle à plusieurs professionnels fut bénéfique car le dialogue avec les parents lors de la consultation fut plus aisé. Par ailleurs, elle n'a pas craint de donner son avis médical et éthique lors du staff médical qui a eu lieu par la suite.

Il y a quelques temps aussi, une infirmière, toute jeune diplômée, travaillant dans une unité de soins palliatifs, a appelé « au secours » car elle est confrontée à des prescriptions de sédations terminales systématiques par le chef de service de son unité. Cela l'expose, elle-même et ses consœurs, à un postionnement éthique délicat. Après de longues discussions, elle a pu trouver la force, avec ses consœurs, de refuser, ensemble, l'administration de ces sédations. Aujourd'hui, même si l'ambiance professionnelle reste difficile, le médecin a dû renoncer à cette pratique et réfléchi différemment, en tenant compte de l'avis et de la compétence de l'ensemble des membres de l'équipe.

 

La possibilité de dialoguer, de se conseiller mutuellement sur le plan professionnel, de se soutenir, de se découvrir bien « petits » mais soucieux de soigner en vérité et de chercher la vérité ou de se connaître tout simplement est un atout dans cette antenne. Nous restons confiant quand à son développement.

 

Odile Guinnepain, infirmière

Responsable de l'antenne « Nos mains ne tueront pas »

Tags: