Les sages-femmes ne pratiqueront pas l'avortement par voie médicamenteuse

Pour la seconde fois, le Conseil constitutionnel a invalidé la pratique de l’IVG médicamenteuse par les sages-femmes (décision JO 11 août 2011).

En effet, le 24 mai dernier,  l’amendement scandaleux Poletti-Boyer avait été réintroduit dans la loi HPST; cet amendement prévoyait d’autoriser dans une région donnée (celle qui présente le plus fort taux d’avortements) la pratique des avortements médicamenteux par les sages-femmes.
Le Conseil d’Etat, durant l’été 2009, avait déjà annulé la procédure pour une question de délai. Les demandeurs ont donc reformulé la demande en la complétant.



#0000ff">Choisir la Vie, qui avait, à de nombreuses reprises, exprimée à ce sujet son mécontentement auprès des parlementaires et sénateurs et qui s'était mobilisée pour demander la saisine du Conseil constitutionnel, n'a pu que se sentir soulagée de la décision de ce dernier.

#0000ff">La prescription d’une IVG médicamenteuse restera toujours contraire à l’essence du métier de sage-femme dont la formation et les compétences sont orientées vers l’accompagnement et l’accueil de l’enfant à naître. Les obliger à devenir des auxiliaires de la médecine pour la pratique de l’avortement, met en péril le sens et les motivations attachés à la qualité de leur savoir-faire qui doit être préservé. 

 

Tags: