Retour sur la 9ème Marche pour la Vie de Rome

 Le rassemblement international était précédé vendredi 24 mai 2019 par une veillée d’Adoration eucharistique, qui avait lieu dans l’église Santa Maria in Campitelli. Les cardinaux Burke (Rome) et Cardinal EIJK (archevêque d’Utrecht aux Pays-Bas) y participaient, ainsi qu’une vingtaine de prêtres et de séminaristes de l’Institut du Christ Roi et de nombreux fidèles. Dans son allocution, le cardinal Burke a appelé à reconnaître, défendre et promouvoir toute vie humaine, et spécialement celle du plus faible de nos frères, avec lequel le Christ en personne s’identifie. Nous devons être des gardiens vigilants de la vie humaine et des soldats pour la vie, la famille et Dieu. La Marcia per la Vita du samedi 25 mai 2019 dans le centre de la capitale italienne était une belle expression de l’âme italienne, expansive, joyeuse, bien vivante, avec des prières, de la musique et même des danses. Comme en 2018, le cortège se rassemblait devant l’église Ste Marie des Anges et des Martyrs et allait vers le forum de Trajan. Les participants étaient plus nombreux qu’en 2018, de tout âge, mobilisés pour la vie, la famille, la patrie et la culture chrétienne. Des centaines de religieux et de religieuses, des membres d’associations, des responsables d’organisations pour la vie ou la famille de 20 pays du monde entier, marchaient dans une ambiance chaleureuse, avec des statues de saints, des pancartes, des ballons ou des chapelets. La marche contre l’avortement, l’euthanasie et le suicide assisté était conduite par les cardinaux Burke, EIJK et l’évêque émérite de Ferrara, Mgr Negri. Des discours sur le podium à côté de la Piazza Venezia, retenons la mise en garde contre les lois iniques, qui transforment des médecins en tueurs et sont une menace pour toute personne fragile, comme Vincent Lambert. Un prêtre a posé la question de Pilate : « Qu’est-ce que la vérité ? » et répondu : « C’est une Personne, le Christ, pas une idée ! Ne soyons pas des Hérode ou des lâches ! N’agissons pas contre nature et ne fermons pas les portes à la vie !» Pendant la projection de vidéos de marches récentes pour la vie d’une quinzaine de pays du globe, la responsable de la marche en Nouvelle Zélande a rappelé le caractère sacré de toute vie humaine. Environ deux millions de personnes avaient participé à plus de cent marches en Argentine le 23 mars 2019. Leur enthousiaste coordonnateur, Alejandro Geyer, a rappelé la devise « Sauvons les deux vies ! » de la mort physique quant au bébé et de la mort spirituelle quant à la maman. Les défenseurs de la vie en Argentine portent les couleurs du ciel et de Notre-Dame. « L’avortement est le plus grand crime de notre temps, car le bébé est innocent et sans défense ! Changeons les lois immorales par la prière, la pénitence, la défense de la vie et l’aide aux mamans ! » La présidente de la Marcia per la Vita, Virginia Coda Nunziante, a exhorté chacun à défendre toute vie humaine, don de Dieu, 365 jours par an, sans compromis et sans reculer, car chaque personne est unique et irremplaçable et rien n’est irréversible dans l’histoire. Les millions dépensés pour tuer nos enfants et notre avenir doivent être employés pour aider les familles : « Les avorteurs qui voulaient l’introduction de la loi de 194 en Italie [loi qui légalisa l’avortement en 1978 et a fait plus de 6 millions de victimes en 41 ans] ont menti en refusant l’identité humaine du fœtus; et le fait que ce soit un mensonge délibéré est démontré par le fait que si hier ils demandaient la suppression de cet embryon, ils demandent aujourd’hui le massacre de l’être humain jusqu’à neuf mois, quand il sera parfaitement formé, et même plus tard. Hier, ils ont dit que l’avortement était légal parce qu'il ne supprimait pas un homme; aujourd'hui, ils disent qu'un homme peut être supprimé pour les intérêts de la communauté, en répétant le raisonnement de Caïphe : "Il vaut mieux qu'un seul homme meure pour le peuple que toute la nation périsse." C’est la raison qui justifierait l’euthanasie active : les anciens sont inutiles, ils sont un fardeau pour la communauté: Nous rejetons ce sophisme de Caïphe avec toute notre force et nous avons devant nos yeux l'Agneau innocent, Notre Seigneur Jésus-Christ, injustement condamné et immolé. Dans ce cas également, personne ne l'a défendu et même Pierre s'est détourné. » … « Nous formons une grande famille et nous refusons toute tentative de division…, convaincus que l’union autour de la vérité constitue une force irrésistible: la force du bien qui avance et que rien ni personne ne peut arrêter. Nous nous reverrons donc le 23 mai 2020! Viva la vita !»

Angelika de Poncharra, Choisir la Vie, déléguée pour l’étranger

Tags: