Simone, 85 ans, euthanasiée pour souffrance psychique. Elle était pourtant en bonne santé physique.

Sa fille est morte depuis 5 minutes, après une intervention chirurgicale « de routine ».

L’idée lui est tellement insupportable qu’elle pense aussitôt à mourir, et trois mois plus tard le tristement célèbre docteur Marc Van Hoey, fervent partisan de « la bonne mort » par euthanasie en Belgique, glisse entre les mains de Simone de Moor, 85 ans, en parfaite santé physique, le terrible cocktail qui mettra fin à ses jours.

L’euthanasie se banalise Oui, plus de doute possible, l’euthanasie se banalise, alors qu’initialement (en 2002) la loi ne la prévoyait que dans des cas « exceptionnels ».

Simone est désormais entrée dans la longue liste des personnes, en bonne santé physique, que le mal de vivre a tué – suite à une grande souffrance psychique ou psychologique.

On se souviendra du cas de Laura cet été , 24 ans,en souffrance psychique, préparant ses funérailles.

Cette jeune femme belge, a obtenu le droit d'être euthanasiée. Elle a obtenu l'accord de trois médecins différents, comme le veut la procédure en Belgique. .

Le cas de Laura et Simone n'est pas isolé. Sur environ 1.900 euthanasies réalisées chaque année, une soixantaine de cas concernent des personnes souffrants de maladies d'ordre psychiatrique (bipolaire, Alzheimer, dépression profonde), ce qui représente plus ou moins un cas par semaine, estime Jacqueline Herremans, également membre de la commission de contrôle euthanasie en Belgique.

Rapellons qu'en Belgique l'euthanasie est devenu légale le 28 mai 2002 et qu'elle a été élargie aux mineurs depuis le 28 février 2014.

L' euthanasie peut être pratiquée si les conditions suivantes sont remplies

• Le patient est majeur (ou mineur anticipé) au moment de sa demande.

• Le patient est capable et conscient au moment de sa demande.

• La demande écrite est formulée de manière volontaire et réfléchie.

• La demande ne fait l'objet d'aucune pression extérieure.

• Le patient se trouve dans une situation médicale sans issue.

• La souffrance physique et/ou psychique est constante, insupportable et inapaisable.

• L'état du patient est dû à une affection accidentelle ou pathologique grave et incurable.

Tags: