Veillée de prière, marche pour la Vie : le we dernier était pro-vie!

AUTOUR DE LA MARCHE POUR LA VIE À PARIS
 le 22 janvier 2017,
VEILLÉE DE PRIÈRE ET ALLOCUTIONS

L'assemblée nationale a voté jeudi 26  janvier la loi liberticide visant à museler toute information critique concernant l'avortement et ses conséquences.

Et pourtant, sous le thème « IVG TOUS CONCERNÉS », la 11e grande Marche pour la Vie à Paris a mobilisé plus de monde que jamais (50.000 personnes d'après les organisateurs) et a été organisée par un nouveau groupe d'associations, devenu l'association « MARCHE POUR LA VIE », regroupant Choisir la Vie, la Fondation Jérôme Lejeune, Renaissance catholique, les Survivants et les Éveilleurs d'Espérance. Parmi les aminateurs et les 800  bénévoles, les jeunes avaient un rôle important.

Le Pape FRANÇOIS « salue cordialement les participants à cette manifestation », écrit le nonce apostolique en France, Mgr Luigi Ventura.  « Au-delà de la légitime manifestation en faveur de la défense de la vie humaine, le Saint-Père encourage les participants de la Marche pour la vie à œuvrer sans relâche pour l’édification d’une civilisation de l’amour et d’une culture de la vie ». Le cardinal SARAH et 22 évêques français ont également soutenu officiellement la marche, tout comme les Associations Familiales Catholiques.
 
La traditionnelle Veillée de Prière « pour la défense de l'enfant à naître » du samedi 21 janvier 2017 a rassemblé plusieurs centaines de personnes en l'église St. François Xavier. Mgr  CATTENOZ, l'achevêque d'Avignon, juste avant de partir en Irak, y a appelé à une prise de conscience de la gravité de l'acte d'avorter, qui reste un « crime abominable », et demandé du « courage sans compromission ». Les catholiques doivent « aller à contre-courant » en raison de « l'importance de toute vie humaine, empreinte de l'oeuvre créatrice de Dieu » et s'opposer à l'avortement comme à l'euthanasie, qui sont des attaques contre le « caractère sacré de toute vie humaine ». Nous devons cependant exercer la miséricorde à l'égard des femmes qui ont avorté et faire célébrer des messes pour les enfants non nés.
Le P. LELIÈVRE, délégué épiscopal à la famille du diocèse d'Avignon, a introduit la méditation du chapelet, avant le Salut au Très Saint Sacrement.

Dimanche matin, dans la première allocution avant la Marche pour la Vie du 22 janvier, le Président de l'association mondiale Human Life International, Father Shenan BOQUET, a exhorté à ne jamais se taire et à ne jamais abandonner « la défense de chaque vie ». Il y a beaucoup de défenseurs dans le monde et de plus en plus de marches, notamment en Europe de l'Est.

Gregor PUPPINCK, directeur du Centre européen pour le droit et la justice et directeur  de l'ouvrage collectif « Droit et prévention de l'avortement en Europe », a rappelé que les bébés humains ne sont pas des chatons qu'on peut noyer et les malades ne sont pas  des chiens à piquer, mais des êtres humains porteurs d'une « réalité invisible ». Notre témoignage et notre engagement doivent être plus forts que la culture de mort, imposée  par l'État. Le tout nouveau président américain, M Trump, vient d'arrêter le financement public du Planning familial aux  États-Unis !

Jean-Pierre MAUGENDRE, président de Renaissance catholique, a remercié nos parents ainsi que le Professeur Lejeune et st. Jean-Paul II pour leur participation au « don inestimable de la vie » et pense que la « liberté de la femme » est devenue une « liberté de la braguette » de l'homme, laissant deux millions de femmes en France seules avec des enfants à charge, et souvent dans la précarité.

NORA, maman d'un enfant trisomique, a ensuite évoqué la souffrance vécue pendant la gestation de son 6e enfant, diagnostiqué porteur du handicap. Le médecin lui a dit qu'après « Interruption Médicale de Grossesse », le bébé pourrait aller« soit aux déchets [hospitaliers], soit  à l'incinération ». Les cinq frères et soeurs ont accepté l'idée d'un bébé différent, mais le père s'est muré dans le silence, et c'est  sur le site ivg.net que Nora a pour la première fois été encouragée, soutenue et mise en contact avec d'autres mamans dans son cas et avec la Fondation Jérôme Lejeune. L'enfant est né prématurément et décédé d'une infection nosocomiale un mois plus tard.

L'organisatrice de la Marcia per la Vita à Rome, Virginia CODA NUNZIANTE, a affirmé que la « liberté de choix » concernant la non-poursuite d'une grossesse était une erreur, car elle entraînait le « meurtre d'un enfant ». « Nous sommes la vie et l'avenir », et « avec l'aide de Dieu, nous devons nous battre tous les jours pour la vie » pour éviter « la mort de notre société » . « La loi Veil a fait plus de morts en France que les deux guerres mondiales réunies ». Nous devons nous unir pour  abolir l'avortement et préserver l'avenir de nos nations européennes.

Le délégué de la Marche pour la Vie, Nicolas Sévillia, a rappelé que les membres les plus fragiles de notre société [étaient] les enfants à naître et les femmes enceintes isolées ». -

 La marche s'est mise en route à 14 h 45 de la place Denfert-Rochereau pour arriver à partir de 17 h aux Invalides, où il y a eu cinq autres interventions sur un podium fixe, place Vauban :

Un représentant de l'AVANT-GARDE a souhaité que la vie soit plus forte que l'idéologie et le totalitarisme en matière de liberté d'expression en France.

Un ÉVEILLEUR D'ESPÉRANCE s'est dit convaincu de la victoire de la vérité sur le mensonge et la violence.

Le président d'UN DE NOUS a exhorté à résister au nouvel ordre mondial par nos valeurs, l'union, la persévérance et l'authenticité.

Cécile ÉDEL, présidente de CHOISIR LA VIE et organisatrice des marches parisiennes depuis  2005, appelle à « être la voix des sans-voix », car « plus de 9 millions d'avortements en France depuis 42 ans, ça suffit ! » « La marche doit être une invitation à persévérer... pour se mobiliser toujours pour la vie, à prendre ses responsabilités... et à accueillir l'enfant non désiré, voire différent !» Car « une société sans enfants n'a aucun avenir ! » « Nous devons témoigner de la vérité de l'avortement. » La répression gouvernementale veut bâillonner la vérité, mais « la vie est au-dessus des lois, et la loi doit servir la vie ! » « Nous ne lâcherons pas... et nous gagnerons ! »

Philippe de VILLIERS a martelé : « Nous sommes tous délinquants... avant de devenir héros, [car] nous entravons le crime et le mensonge ! » Le Prof. Lejeune lui avait dit : « Ne lâchez jamais sur les questions de l'avortement et de la vie. Elles commandent toutes les autres. »
« L'avortement est le passeport de toutes les transgressions, de la marchandisation du vivant, de l'euthanasie ». « Un pays qui tue ses enfants perd son âme, un pays qui sauve ses enfants sauve son âme ! » L'avortement de masse est lié à l'immigration de masse, ils entraînent un changement de peuplement, alors que nous devons défendre nos racines, notre civilisation, notre patrie !

Jean-Marie LE MÉNÉ, le président de la FONDATION JÉRÔME LEJEUNE qui soigne et défend les trisomiques, a dit que personne ne pouvait nous interdire de proclamer des  faits scientifiques comme « Le petit de l'homme est un homme petit ». « L'avortement ne tient que par le mensonge ». « L'Interruption Médicale de Grossesse supprime 97 % des enfants porteurs de la trisomie 21... Aucune autorité ne peut nous interdire de vouloir faire le bien... Nous essayons de dissuader du malheur... d'actes que les personnes regretteront toute leur vie. »

L'intervention finale appelait tous à «  agir au quotidien contre l'avortement », et à « rester très mobilisés contre les attaques diaboliques ! »

Le rassemblement s'est conclu vers 18 h par les chants « Où t'es, Papa ? » et « Si j'étais président de la République, plus aucun enfant n'aurait une fin tragique », dont les paroles nous rappellent Michel Raoult, père de Cécile  Édel et organisateur des tout premiers défilés contre l'avortement après le vote de la loi Veil en 1975.

Compte-rendu de Angelika de PONCHARRA

Photo : JL Boulard et Rania HADDAD

Tags: