Ce jeudi, à 0h45, 22 députés seulement se sont opposés au vote en première lecture de la mesure concernant la suppression du délai obligatoire de 7 jours entre deux rendez-vous préalables à tout avortement.

Ne soyons pas naïfs, l’objectif de cette mesure n’était évidemment pas de libérer toujours plus les femmes, comme peuvent le prétendre certains députés et militants pro-choix ! Non ! L’objectif était de faire sauter l’un des derniers verrous qui pouvait encore aider les femmes à Choisir la Vie. Les soi-disant défenseurs de la loi Veil ne sont pas  « pro-choix », mais délibérément et « hargneusement » « pro-mort »…

N'oublions jamais que nous avons tous été un minuscule embryon

(source : le salon beige) Extrait de l'homélie de Pâques, prononcée en la cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule à Bruxelles, par monseigneur André-Joseph Léonard, primat de Belgique :

 

La mort ne l’emportera pas !

 

Au moment même où j’écris ces quelques lignes, nos députés sont en train d’examiner le projet de loi de santé porté par Marisol Touraine. Parmi les mesures scandaleuses contenues dans celui-ci, la suppression du délai prévu de réflexion entre les deux rendez-vous médicaux préalables à un avortement. Rappelons que nos députés ont supprimé ce délai en amendant en commission le projet de loi dans la nuit du 18 au 19 mars... Ces derniers ont ainsi estimé que la vie d’un enfant dans le ventre de sa mère ne valait même pas 7 jours de réflexion avant de l’éliminer. Et pourtant, même pour l’achat d’un bien de consommation, un délai de réflexion et de rétractation est obligatoire !

S'abonner à Front page feed